décembre 9, 2021

Les news informatiques

Tous les produits informatiques

Facebook envisage de changer de nom dans le cadre d’un repositionnement de l’entreprise

L’application de médias sociaux pourrait devenir l’un des nombreux produits de la société mère.

Selon un rapport, Facebook prévoit de rompre radicalement avec son passé en changeant de nom la semaine prochaine.

Le fondateur et directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, s’apprête à évoquer ce changement de nom lors d’un événement organisé par l’entreprise la semaine prochaine, mais il pourrait être dévoilé plus tôt, rapporte The Verge, un site d’information technologique américain.

Zuckerberg change de stratégie

Selon les plans, Facebook changerait le nom de sa holding, mais pas celui de sa plateforme de médias sociaux éponyme, connue en interne sous le nom de « grande application bleue ». En plus de son site fondateur, l’entreprise possède également Instagram, WhatsApp et la marque de réalité virtuelle Oculus.
Selon The Verge, le nouveau nom de la holding pourrait être lié à Horizon, un mot utilisé dans au moins deux produits de réalité virtuelle que la société développe. M. Zuckerberg a lancé sa société sous le nom de TheFacebook il y a 17 ans.

Dans une déclaration, Facebook a indiqué qu’il « ne commente pas les rumeurs ou les spéculations ».

Facebook réfléchirait à ce changement de marque sur fond de sa pire crise de relations publiques depuis le scandale Cambridge Analytica, il y a trois ans. Une ancienne employée, Frances Haugen, a fait fuiter des dizaines de milliers de documents et a livré un témoignage accablant aux sénateurs américains ce mois-ci, dans lequel elle affirme que Facebook a fait passer « des profits astronomiques avant les gens ».

Selon The Verge, la RV est à l’origine du changement de nom évoqué, l’entreprise se concentrant sur la construction d’un « metaverse », pierre angulaire d’une nouvelle stratégie de croissance. Selon The Verge, l’annonce du changement de marque pourrait avoir lieu lors de la conférence annuelle de l’entreprise sur les produits, Connect, le 28 octobre, au cours de laquelle de plus amples détails sur le metaverse devraient être dévoilés.

Les produits Oculus seraient un produit clé du metaverse, un concept vaguement défini qui implique des personnes menant leur vie sociale et professionnelle et interagissant avec d’autres personnes via des casques de RV et par le biais de la réalité augmentée, où une couche numérique est placée sur la vie réelle, comme dans le jeu populaire Pokémon Go.

Le développement d’une nouvelle plateforme

Facebook développe une plateforme sociale de réalité virtuelle appelée Horizon Worlds ainsi qu’un service de réunion en réalité virtuelle appelé Horizon Workrooms. Nick Clegg, vice-président de Facebook chargé des affaires mondiales, a déclaré qu’il tenait désormais ses réunions du lundi matin dans le métavers, avec une table et un tableau blanc virtuels.

Facebook affirme que ses produits comptent un peu moins de 2,8 milliards d’utilisateurs quotidiens, mais M. Zuckerberg est réputé pour l’importance qu’il accorde à la croissance, motivé par la crainte que Facebook puisse être supplanté à tout moment par une nouvelle entreprise numérique. Cette semaine, Facebook a déclaré qu’il créait 10 000 nouveaux emplois dans l’Union européenne dans le cadre de ses plans de croissance qui incluent la création d’un métavers.

Le changement de marque de Facebook, s’il a lieu, n’est pas sans précédent. En 2015, Google s’est rebaptisé Alphabet, reflétant ainsi sa volonté de se lancer dans de nouveaux domaines technologiques tels que les voitures à conduite autonome.

Les actions de Facebook ont enregistré de bonnes performances cette année, avec une hausse de 25 % depuis janvier, ce qui a permis à la société – qui tire l’essentiel de ses revenus des annonceurs ciblant sa base d’utilisateurs – d’être évaluée à un peu moins d’un milliard de dollars (730 milliards de livres sterling).
). Cependant, les actions de la société sont tombées en dessous de leur pic de septembre.

Facebook fait face à une pression importante suite aux révélations de Haugen. L’ancien chef de produit de Facebook, qui a quitté l’entreprise en mai, a déclaré au Congrès américain que l’entreprise nuisait aux enfants et déstabilisait les démocraties. Haugen est à l’origine de la fuite d’un certain nombre de documents au Wall Street Journal, montrant notamment des recherches internes révélant que 30 % des adolescentes estimaient qu’Instagram aggravait leur insatisfaction à l’égard de leur corps.

En réponse, Zuckerberg a écrit dans un billet de blog : « Au cœur de ces accusations, il y a cette idée que nous donnons la priorité au profit sur la sécurité et le bien-être. Ce n’est tout simplement pas vrai ».

Facebook se prépare également à une vague de nouvelles révélations après avoir publié cette semaine une série de tweets accusant des organes de presse anonymes de préparer une campagne « gotcha » contre l’entreprise.