décembre 9, 2021

Les news informatiques

Tous les produits informatiques

Des idées pour sauver notre vie privée au milieu de la bataille mondiale des données

Facebook a fait beaucoup de bruit ces derniers temps. Le récent crash de ses systèmes pendant environ six heures a montré à quel point nous sommes dépendants du réseau social et de ses produits associés, Instagram et WhatsApp. Les révélations de Frances Hauguen, l’ancienne employée qui a témoigné il y a quinze jours devant le Congrès au sujet de ses fuites au Wall Street Journal, prouvent, documents internes à l’appui, que les algorithmes de Facebook favorisent intentionnellement la discorde et sont conçus pour générer une dépendance chez les utilisateurs.

L’angoisse mondiale causée par cette brève panne démontre en fait que les efforts de l’entreprise pour capter l’attention des utilisateurs (quelque 3,5 milliards sur l’ensemble de ses plateformes) et la conserver le plus longtemps possible ont porté leurs fruits. Que leurs méthodes fonctionnent ou non, pourquoi Facebook tient-il tant à ce que les utilisateurs restent connectés le plus longtemps possible ? La réponse se trouve dans le moteur de ce que Shoshana Zuboff appelle le capitalisme de surveillance : la collecte de données. L’économie numérique s’en nourrit ; elle la traite, l’affine et la sert aux annonceurs pour qu’ils puissent personnaliser leurs publicités ou aux entreprises pour qu’elles puissent concevoir de nouveaux services. Plus nous connaissons de détails sur chaque internaute, mieux nous pouvons les cibler pour le placement de produits.

Deux livres récemment publiés par Debate explorent les conséquences pour les citoyens de l’exploitation de leurs données personnelles à l’ère numérique. Dans Privacy is Power, publié en espagnol après le succès de sa version anglaise et sélectionné en 2020 par The Economist comme l’un des livres de l’année, la philosophe hispano-mexicaine Carissa Véliz réfléchit à la grave intrusion dans nos vies qu’entraîne l’existence même du capitalisme de surveillance. Le professeur d’éthique numérique à l’université d’Oxford apporte des idées intéressantes, comme la conception collective de la vie privée : elle est collective parce que nous subissons tous les effets de son absence et parce que l’ingérence dans la vie privée d’un individu peut affecter celle des autres. Son diagnostic est sans appel : nous devons mettre fin au capitalisme de surveillance, nous ne pouvons pas autoriser des entreprises dont le modèle économique consiste à extraire des données de nous et à en faire commerce.

Manipulated, des journalistes du New York Times Sheera Frenkel et Cecilia Kang, examine la trajectoire récente de ce qui est peut-être le plus grand représentant de ce modèle : Facebook. Les auteurs montrent comment le plus grand réseau social du monde est devenu le géant qu’il est aujourd’hui en donnant la priorité à la croissance constante de la plateforme sur la sécurité et la vie privée de ses utilisateurs. Le livre est le résultat de quelque 1 000 heures d’entretiens avec des centaines de sources, pour la plupart d’anciens ou d’actuels employés de l’entreprise, qui confirment l’affirmation de M. Hauguen : la direction de Facebook ne cherche qu’à favoriser la croissance de l’entreprise. Tout le reste passe au second plan. Et cette croissance n’est alimentée que par une seule chose : les données, autant de données que possible.

Le Léviathan des données

« La chose la plus choquante pour nous a été de voir comment les cadres supérieurs de l’entreprise ont ignoré toutes les alarmes des différents employés sur ce qui se passait », dit Kang par appel vidéo. Personne n’a écouté le responsable de la sécurité de Facebook, Alex Stamos, lorsqu’il a prévenu qu’il disposait d’indications selon lesquelles des agents russes utilisaient la plateforme pour influencer l’élection présidentielle de 2016. Aucune mesure n’a non plus été prise lorsqu’il a été signalé que Facebook, qui, au Myanmar, est la porte d’accès à l’internet pour la plupart des citoyens, diffusait des discours de haine qui ont conduit à un génocide, celui des Rohingyas. Ni lorsque Trump a utilisé la plateforme pour diffuser des informations erronées (il est allé jusqu’à dire que l’injection de désinfectant aidait à combattre le coronavirus) ou pour rallier ses partisans et les encourager à prendre le Capitole. « Dans de nombreux cas, les dénonciateurs ont fini par quitter l’entreprise parce qu’ils avaient le sentiment d’être ignorés », ajoute-t-il.

Même avec les procédures antitrust en cours à Washington et à Bruxelles et sa popularité sérieusement entamée par les fuites Hauguen, Facebook gagne plus d’argent que jamais : il a clôturé l’année 2020 avec une augmentation de 58 % de ses bénéfices, qui ont atteint 29,146 milliards de dollars. « Ils sont toujours là parce qu’ils ont réussi à créer une machine à gagner de l’argent extrêmement puissante. Les annonceurs ne peuvent pas aller ailleurs s’ils veulent avoir une portée similaire à celle qu’ils obtiennent avec eux », déclare Kang.

Cette machinerie ne fonctionne que si elle parvient à capter l’attention des utilisateurs, ce qui lui permet de collecter davantage de données sur eux et de mieux les monétiser. « Pour continuer à se développer de manière exponentielle, ils ont besoin du jeune public. Leurs propres recherches internes leur indiquent que les adolescents passent plusieurs heures par jour en ligne », explique Frenkel, co-auteur de Manipulated, par appel vidéo. « C’est ce qu’ils vont essayer de faire, même si leurs rapports disent que ce n’est pas bon pour les enfants de passer du temps sur leurs réseaux sociaux », dit-elle, faisant référence à la fuite par le Wall Street Journal d’un document interne qui dit que le contenu d’Instagram est toxique pour les adolescentes.

Si Manipulated était un roman, et il va effectivement devenir une série télévisée, il aurait deux personnages principaux : le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, et sa directrice des opérations, Sheryl Sandberg. Ce dernier a été engagé en 2008 par Google pour transformer ce qui était alors une startup déficitaire en une entreprise rentable. Mme Sandberg a amorcé le virage de Facebook vers la publicité, ce qui a été le début de la fin pour les nostalgiques du réseau social.

Extraction de données et vie privée

Une note illustrative sur le traitement de la confidentialité des données par Facebook est que, jusqu’en 2015, les ingénieurs de l’entreprise (ils étaient environ 17 000 cette année-là) avaient accès aux informations personnelles de tout utilisateur du réseau social. Il s’agit notamment de l’adresse, du numéro de téléphone, des photographies personnelles, des amis et partenaires, des affinités politiques et d’une longue liste d’autres informations que les utilisateurs partagent de leur plein gré.

Selon les recherches de ProPublica, les données récoltées par Facebook sur chaque utilisateur ont été réparties en quelque 50 000 catégories en 2018. « Un annonceur pouvait segmenter les utilisateurs en fonction de leurs préférences religieuses, de leurs penchants politiques, de leur cote de crédit et de leurs revenus ; il savait, par exemple, que 4,7 millions d’utilisateurs de Facebook résidaient probablement dans des foyers dont la valeur nette se situait entre 500 000 et 1 million de dollars », écrivent Frenkel et Kang dans Manipulated.

M. Véliz estime qu’il est absurde que toutes ces informations soient gérées par des entreprises privées pour leur propre profit. « Tant que nous vendrons et achèterons des données, il y aura toujours des incitations à les utiliser. D’abord, parce que la collecte sera plus importante que nécessaire, et ensuite, parce qu’elle sera offerte au plus offrant. Et souvent, comme on l’a vu avec les écoutes du Pegasus, ceux qui achètent ces données n’ont pas toujours les meilleures intentions possibles en tête », explique-t-il au téléphone.

Pour en revenir à Facebook, la société a dévoilé il y a un mois des lunettes intelligentes développées en collaboration avec Ray-Ban, qui intègrent deux caméras vidéo discrètes dans la monture. « Ce qui me fait le plus peur, c’est l’agenda qui se cache derrière : que nous nous habituions à les porter, à être enregistrés toute la journée. Nous devenons des informateurs pour les entreprises », déclare M. Véliz.