décembre 9, 2021

Les news informatiques

Tous les produits informatiques

Donner son identité pour accéder à Twitter : la proposition du PP alimente le débat sur l’anonymat sur les réseaux


Certains utilisateurs de la plateforme affirment que l’utilisation d’un pseudonyme les libère des préjugés et leur donne de la liberté. Bien qu’ils ne renoncent pas au pseudonyme, le PP préconise de leur demander de montrer leur pièce d’identité lors de la création d’un compte.

Nous voulons séparer les deux mondes [de Twitter et du monde réel] », explique Eva (nom fictif, 48 ans), utilisatrice de la plateforme et enseignante dans le secondaire. Comme elle, bon nombre d’utilisateurs affirment que l’anonymat sur les réseaux sociaux leur offre une liberté et un espace à l’abri des préjugés. Bien que nombreux soient ceux qui se réfugient sous ce statut, la diffusion de fausses nouvelles et le harcèlement systématique ont conduit à une tendance à associer les comptes anonymes à une utilisation malveillante des réseaux.

Pour tenter de remédier à ces conséquences négatives, le Partido Popular, dirigé par le sénateur Rafael Hernando, a proposé d’exiger le document national d’identité (DNI) lors de la création d’un compte sur un réseau social, même si l’on opte ensuite pour un pseudonyme ou un alias. Eva est d’accord avec l’initiative, mais d’autres utilisateurs ayant un profil anonyme estiment qu’en acceptant cette condition, ils feraient inévitablement plus attention aux opinions et aux contenus qu’ils partagent. Jusqu’à présent, du moins en ce qui concerne Twitter, aucun pays n’a adopté de telles mesures.Hernando a commencé à défendre cette proposition en 2017. Cette année-là, en tant que membre du Congrès, il a lancé une proposition non législative qui n’a jamais été adoptée, et cette année, il a repris l’initiative avec un projet de loi au Sénat, selon ce que rapportait El Mundo à l’époque.

Il faut réglementer cela, nous sommes face à une nouvelle révolution technologique et nous utilisons encore une législation datant de 2002, quand presque aucun de ces réseaux sociaux n’existait », a-t-il expliqué à EL PAÍS. Selon le sénateur, la mesure ne vise pas à supprimer la vie privée que procure un pseudonyme sur les réseaux, mais il estime que la personne qui se cache derrière le pseudonyme doit être identifiée par l’entreprise ou la plateforme :  »Dans de nombreuses occasions, il est impossible d’accéder à cette identité car les entreprises ne font pas grand-chose pour la révéler ou pour aller jusqu’au bout », notamment dans le cadre de procédures judiciaires pour cybercriminalité.

Toutefois, de nombreux utilisateurs font valoir que, dans de tels cas, les autorités disposent de tous les outils nécessaires pour savoir qui se cache derrière le compte et n’ont pas besoin de l’identifier pendant plus d’une courte période, et pour ce groupe d’internautes, l’exigence du document d’identité est inutile. La présidente de l’Association des utilisateurs d’Internet, Ofelia Tejerina, est d’accord avec eux :  »Le droit de pouvoir s’exprimer anonymement ne signifie pas que la personne n’est pas identifiable, un numéro de téléphone ou un nom et prénom peuvent être exigés, afin que l’utilisateur puisse être retrouvé au cas où cela serait nécessaire dans une enquête sérieuse, comme les crimes de haine ». Tejerina estime qu’en outre,  »le DNI pourrait être falsifié, et les plateformes ne vont pas assumer la responsabilité d’authentifier le document ». Frances Haugen, la « gorge profonde » de Facebook, s’est également montrée sceptique à l’égard de ces mesures lors de son audition devant le Parlement européen le 8 novembre.

Le Parti populaire européen, par l’intermédiaire de l’eurodéputé Pablo Arias Echevarría, a porté la question devant l’Assemblée et Haugen a fait valoir que toute exigence d’identification serait un échec, car par exemple tous les utilisateurs auraient des mécanismes – comme un VPN (réseau privé virtuel) – pour la contourner, mais Hernando estime qu’il ne faut pas éviter la réglementation : « C’est comme dire pourquoi nous devrions criminaliser le meurtre s’il y a des gens qui tuent ? Je sais que la fraude peut être utilisée, mais les entreprises doivent avoir une responsabilité et les utilisateurs doivent avoir une garantie ». Pour le président de l’Asociación de Internautas, demander le DNI serait  »plus un risque qu’un avantage ». Le plus grand de ces dangers serait que les données soient divulguées après une cyberattaque, par exemple.@FootNes, 25 ans, un utilisateur de Twitter qui écrit sous un pseudonyme, principalement sur le football et le Real Madrid, serait quelque peu méfiant à l’idée de fournir sa carte d’identité pour des raisons de confidentialité et parce qu’il perçoit que les internautes sont de plus en plus sollicités pour des données personnelles.

Malgré tout, il estime qu’il est nécessaire de prendre des mesures et reconnaît que, si aujourd’hui sa pièce d’identité était une condition pour rejoindre Twitter, il l’accepterait :  »Il est libre d’insulter ou de harceler sur les réseaux et il est très facile de créer de nouveaux comptes (lorsque quelqu’un est pénalisé pour avoir enfreint les règles de la plateforme) », explique-t-il. D’autres se lamentent et ironisent sur la proposition :  »Tu vas devoir avoir ta carte d’identité dans la bouche pour écrire sur Twitter », écrit l’utilisateur @astr0l.Juan (ce n’est pas son vrai nom), un utilisateur de 24 ans, reconnaît qu’il devrait accepter cette exigence, mais que cela conditionnerait son utilisation du réseau :  »Je tweeterais différemment, comme si c’était plus personnel et moins anonyme ».

Cet utilisateur explique qu’il ne veut pas  »laisser de trace sur le réseau » et défend le droit à l’anonymat :  »Je ne veux pas que mes déclarations sur ce réseau puissent me nuire à l’avenir ». @FootNes se méfie également des conséquences de son activité sur le réseau :  »On ne sait jamais comment certaines opinions peuvent passer et comment elles peuvent avoir des répercussions sur vous ».

C’est pourquoi je préfère rester anonyme, pour des raisons de sécurité et pour que mon visage ne soit pas associé à certaines choses », explique-t-il. Juan va plus loin :  »Twitter est un réseau social qui dépend des modes et des contextes passagers, donc expliquer à quelqu’un dans le futur que tel tweet est dû à telle raison est assez compliqué. Il en va de même pour les valeurs, qui changent. J’ai récemment vu des tweets d’un compte que j’avais lorsque j’étais adolescente et j’avais écrit certaines choses que je qualifierais aujourd’hui de rétrogrades ». L’anonymat d’Eva permet à son activité sur la plateforme de ne pas affecter son travail, bien que le contenu qu’elle télécharge se limite à Operación Triunfo et à d’autres loisirs.

Les étudiants sont parfois un peu curieux », dit-elle. À cela s’ajoute la pression des parents. Elle et @FootNes interagissent à la fois avec des utilisateurs anonymes et avec ceux qui montrent leur image ou donnent leur vrai nom. Cette dernière ne pense pas que cette distinction influence sa décision de les suivre ou non :  »Je les suis pour ce qu’ils écrivent, à quel point je les apprécie ou les choses que nous partageons, pas pour le degré d’exposition qu’ils sont prêts à assumer ». Cependant, certains utilisateurs ne font pas confiance à ceux qui choisissent l’anonymat.

@Errazkin a expliqué cette position sur Twitter : « Je suis peut-être pointilleux, mais je n’accorde pas la même attention sur Twitter à ceux qui, comme moi, mettent leur affiliation et leur vraie photo dans leur avatar qu’à ceux qui ne le font pas. Selon Borja Adsuara, expert en droit, stratégie et communication numérique, il est important que, même si un jour le DNI est exigé,  »le principe de minimisation des données doit être pris au sérieux : seules les informations essentielles pour fournir un service doivent être demandées ».
Malgré cela, Adsuara ne pense pas que la fourniture de la carte d’identité présente un risque pour l’utilisateur, mais plutôt que, comme dans la recherche médicale, l’anonymat de la personne peut être maintenu tandis que la correspondance avec ses données est stockée quelque part.

L’essentiel serait que  » quelqu’un dispose d’une table d’équivalences quelque part « , ce qui n’empêche pas la personne de se présenter sous un pseudonyme aux autres utilisateurs et de garantir leur vie privée. L’avocat est convaincu que cette solution intermédiaire est la plus appropriée et insiste sur le fait que « lorsque les gens parlent d’anonymat, ils veulent vraiment parler de pseudonymat ». Être anonyme serait de l’impunité et un État de droit ne peut tolérer des espaces d’impunité ».

L’utilisateur @Kaplan_GV affirme sur Twitter que  »l’anonymat dans les réseaux sert à s’exprimer plus librement dans un environnement rempli d’inquisiteurs qui ont fait du lynchage et de l’annulation leur mode d’action ». Or, c’est précisément cet environnement conflictuel qui s’est développé au fil des ans qui inquiète le mouvement qui cherche à mettre en place davantage de contrôles sur l’identité.

Quitter la version mobile